19 décembre 2018 : Dernières nouvelles de la vie dans l’univers.

par François Raulin :

Quelle est l’origine de la vie sur Terre ? Existe-t’il d’autres mondes habitables et/ou habités dans l’univers ? L’Exo/astrobiologie, une jeune discipline en plein développement, cherche à apporter des éléments de réponse à ces questions fondamentales. Elle progresse rapidement depuis plusieurs années grâce au développement de l’exploration spatiale dans le système solaire et les découvertes d’exoplanètes. Il y a 3 ans, nous avions présenté les différentes approches de ce domaine et ses principales avancées. La conférence de 2018 sera essentiellement consacrée à quatre objets du système solaire cibles privilégiées pour l’exobiologie : Les comètes, Titan, Encelade et Mars avec les données les plus récentes des missions qui les ont explorées – Rosetta, Cassini-Huygens et Mars Science Laboratory, et celles attendues de ExoMars 2020 et Mars 2020.

 

5 décembre 2018 : Electromagnétisme, la force « à tout faire »

par Olivier Drapier

 

Connus depuis l’antiquité, les phénomènes électriques et magnétiques donnent lieu à des manifestations particulièrement spectaculaires à notre échelle, telles que l’attraction des aimants, les aurores boréales, les feux de Saint-Elme ou même la foudre. En 1864, l’Écossais James Clerk Maxwell propose une description mathématique unifiée de ces phénomènes, sous le nom « d’électromagnétisme », et prévoit ainsi l’existence d’ondes invisibles, découvertes en 1887 par Heinrich Hertz, qui sont aujourd’hui le fondement de la plupart de nos systèmes de communication. La lumière elle-même est alors comprise comme une onde électromagnétique d’une gamme de fréquences particulière, et nous savons désormais que l’interaction électromagnétique entre particules chargées est à la base de la structure même de la matière, puisqu’elle gouverne l’ensemble des réactions chimiques. Une fois n’est pas coutume, notre séance du 5 décembre comportera quelques petites expériences pratiques permettant d’entrevoir plusieurs aspects de cette « force » universelle …

21 novembre 2018 : La République et ses « autres ». Citoyenneté, minorités, altérité

par Sarah Mazouz

L’intervenante cherche à éclairer la relation complexe qui peut exister entre la  République à ambition universaliste et ceux qui, à des titres divers, ne lui sont pas naturellement et immédiatement rattachés : des « autres », en somme, qu’ils  soient sujets à discrimination à l’intérieur même de la nation ou qu’ils viennent d’espaces extérieurs en demandant à s’y joindre.

Revenant sur des « politiques publiques de l’altérité » telles qu’elles prennent forme en France dans les discours et les pratiques depuis une quinzaine d’années, Sarah Mazouz s’est livrée à une double enquête ethnographique : dans les dispositifs étatiques de lutte contre les discriminations raciales, d’une part, et dans les bureaux de naturalisation d’une grande ville de la région parisienne, d’autre part. Ce qui lui permet de mettre en évidence des processus d’inclusion/exclusion, à l’intérieur comme à l’extérieur du groupe national.

 

Sarah Mazouz est chercheuse au CNRS, rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS).

Elle a publié La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000. ENS éditions , Lyon 2017.

 

 

 

 

 

7 novembre 2018: l’industrie du nourrisson parisien au XVIIIe siècle

par Christian de la Hubaudière

A Paris, 95 % des femmes n’allaitaient pas leurs enfants et puisque l’allaitement animal était interdit par l’Eglise, comme n’étant pas nourriture de chrétien, les nourrissons étaient fréquemment envoyés ailleurs, par exemple en Normandie où la réputation de bonnes laitières ne s’appliquait pas qu’aux vaches … L’organisation matérielle complexe d’un tel système , mais aussi les conditions  économiques,  religieuses et morales auxquelles étaient soumises les nourrices montrent à quel point était difficile leur situation et en même temps l’importance de leur rôle dans l’évolution des mœurs jusqu’à la Révolution.