21 novembre 2018 : La République et ses « autres ». Citoyenneté, minorités, altérité

par Sarah Mazouz

L’intervenante cherche à éclairer la relation complexe qui peut exister entre la  République à ambition universaliste et ceux qui, à des titres divers, ne lui sont pas naturellement et immédiatement rattachés : des « autres », en somme, qu’ils  soient sujets à discrimination à l’intérieur même de la nation ou qu’ils viennent d’espaces extérieurs en demandant à s’y joindre.

Revenant sur des « politiques publiques de l’altérité » telles qu’elles prennent forme en France dans les discours et les pratiques depuis une quinzaine d’années, Sarah Mazouz s’est livrée à une double enquête ethnographique : dans les dispositifs étatiques de lutte contre les discriminations raciales, d’une part, et dans les bureaux de naturalisation d’une grande ville de la région parisienne, d’autre part. Ce qui lui permet de mettre en évidence des processus d’inclusion/exclusion, à l’intérieur comme à l’extérieur du groupe national.

 

Sarah Mazouz est chercheuse au CNRS, rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS).

Elle a publié La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000. ENS éditions , Lyon 2017.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>